Concept

Echo (satellite)

Résumé
Les deux satellites Echo ont été construits par la NASA dans le cadre de la première expérimentation de satellites de communications. Chaque engin était un satellite ballon passif, dont la surface métallisée permettait la réflexion des ondes hertziennes. Deux points à la surface de la terre pouvaient ainsi être mis en relation via un rebond sur le satellite. À la suite de la perte de Echo 1 (échec du lanceur Delta, le ), Echo 1A (souvent appelé Echo 1) fut lancé et placé le sur une orbite initiale de périgée , d'apogée , inclinée à 47,3° et décrite en 114,4 minutes. Ce ballon de de diamètre () avait une enveloppe en Mylar (ou PET) métallisé d'une épaisseur de 0,127 mm. Après ouverture de la sphère métallique qui le contenait, il se gonfla lentement grâce à la vaporisation d'acide benzoïque qu'il contenait. L'orbite fut ensuite fortement perturbée par la pression des radiations solaires dont Echo 1A montra l'existance et l'effet sur les satellites légers et volumineux. Les premiers tests de transmissions furent effectués à partir du entre Goldstone et par les Bell Labs. Ils permirent la transmission intercontinentale de communications téléphoniques, radio et télévisées, en ondes courtes ( et ) avec un affaiblissement important à la réception. Pour ces essais la France utilisa la station de réception de Nançay dans le département du Cher ; la station pour Echo fut construite par la compagnie CGE (Compagnie générale d'électricité) pour le CNET (Centre national d'études des télécommunications). Depuis le sol, Echo 1A apparaissait plus brillant que la plupart des étoiles, traversant le ciel en un quart d'heure et est probablement en 2007 l'objet spatial ayant été vu par le plus grand nombre de personnes. La longévité d'Echo 1A fut mise en doute dès son lancement en raison du risque de perforation par les météorites, dont l'abondance dans le proche espace était inconnue à l'époque, mais le satellite conserva son volume apparent.
À propos de ce résultat
Cette page est générée automatiquement et peut contenir des informations qui ne sont pas correctes, complètes, à jour ou pertinentes par rapport à votre recherche. Il en va de même pour toutes les autres pages de ce site. Veillez à vérifier les informations auprès des sources officielles de l'EPFL.
Publications associées

Chargement

Personnes associées

Chargement

Unités associées

Chargement

Concepts associés

Chargement

Cours associés

Chargement

Séances de cours associées

Chargement

MOOCs associés

Chargement