Résumé
thumb|upright=1.2|Quelques isotopes de l'oxygène, de l'azote et du carbone. On appelle isotopes (d'un certain élément chimique) les nucléides partageant le même nombre de protons (caractéristique de cet élément), mais ayant un nombre de neutrons différent. Autrement dit, si l'on considère deux nucléides dont les nombres de protons sont Z et Z, et les nombres de neutrons N et N, ces nucléides sont dits isotopes si Z = Z et N ≠ N. Par extension, on appelle souvent isotope un nucléide caractérisé par son nombre de protons Z et son nombre de neutrons N (ou son nombre de masse A = Z + N), mais sans distinction concernant son spin ou son état énergétique. Les isotopes ne doivent pas être confondus avec : les isotones, nucléides ayant le même nombre de neutrons mais un nombre de protons différent (Z ≠ Z mais N = N) ; les isobares, nucléides ayant des nombres de protons différents, des nombres de neutrons différents, mais des nombres de masse identiques (Z ≠ Z, N ≠ N, mais Z + N = A = A = Z + N) ; les isomères, nucléides ayant le même nombre de protons Z et le même nombre de neutrons N (donc aussi le même nombre de masse A), mais pas le même spin ni le même niveau énergétique. Chaque isotope est représenté par un symbole composé de : son symbole chimique (H, He, Li, etc.) ; son nombre de masse A (égal au nombre de nucléons de l'atome), placé en haut et à gauche du symbole chimique ; son numéro atomique Z (égal au nombre de protons), placé en bas et à gauche du symbole chimique. Le carbone 12 et le carbone 14, deux isotopes de l'élément carbone, sont ainsi notés et . Le numéro atomique est souvent omis, car redondant avec le symbole chimique : C et C, par exemple. On peut également représenter les isotopes par leur nom suivi de leur nombre de masse séparé par une espace (et non un tiret, contrairement à l'anglais) : , , Cas particulier de l'hydrogène : les isotopes les plus courants de l'hydrogène sont normalement notés H (protium), H (deutérium) et H (tritium), mais l'IUPAC admet aussi (sans toutefois le recommander) l'usage des symboles D et T pour le deutérium et le tritium, en raison de l'effet isotopique marqué de ces isotopes par rapport au protium.
À propos de ce résultat
Cette page est générée automatiquement et peut contenir des informations qui ne sont pas correctes, complètes, à jour ou pertinentes par rapport à votre recherche. Il en va de même pour toutes les autres pages de ce site. Veillez à vérifier les informations auprès des sources officielles de l'EPFL.
Publications associées (8)

Nuclear Excitation by Free Muon Capture

Fabrizio Carbone, Simone Gargiulo, Ivan Madan

Efficient excitation of nuclei via exchange of a real or virtual photon has a fundamental importance for nuclear science and technology development. Here, we present a mechanism of nuclear excitation
AMER PHYSICAL SOC2022

Chargement

Shape staggering of midshell mercury isotopes from in-source laser spectroscopy compared with density-functional-theory and Monte Carlo shell-model calculations

Neutron-deficient Hg177-185 isotopes were studied using in-source laser resonance-ionization spectroscopy at the CERN-ISOLDE radioactive ion-beam facility in an experiment combining different detectio
AMER PHYSICAL SOC2019
Afficher plus
Concepts associés (325)
Température neutronique
vignette|400px|Graphique des fonctions de densité de probabilité de vitesse de la vitesse de quelques gaz nobles à une température de (). Des distributions de vitesse similaires sont obtenues pour des neutrons modérés. La température neutronique, aussi appelée par métonymie « énergie des neutrons », est l'énergie cinétique moyenne d'un neutron libre dans sa population, énergie qui est habituellement donnée en électron-volts (abréviation eV et ses multiples, keV, MeV), la température étant en kelvins (K) ou en degrés Celsius (°C).
Radioisotope
Un radionucléide (contraction de radioactivité et de nucléide) est un nucléide radioactif, c'est-à-dire qui est instable et peut donc se décomposer en émettant un rayonnement. Un radioisotope (contraction de radioactivité et d'isotope) est un isotope radioactif (parce que son noyau est un radionucléide). Un radioélément (contraction de radioactivité et d'élément) est un élément chimique dont tous les isotopes connus sont des radioisotopes. Cette instabilité peut être due à un excès de protons ou de neutrons, voire des deux.
Processus s
Le processus s est un ensemble de processus astrophysiques conduisant à la nucléosynthèse stellaire d'environ la moitié des éléments chimiques de numéro atomique supérieur à celui du fer, l'autre moitié étant produite par le et le . La lettre s signifie qu'il s'agit d'une capture neutronique lente (slow en anglais). Le se déroule typiquement dans les étoiles de la branche asymptotique des géantes en impliquant des températures et des flux de neutrons considérablement moindres que ceux nécessaires au , lequel se déroule lors des fusions d'étoiles à neutrons et dans les supernovae à effondrement de cœur.
Afficher plus
Cours associés (11)
CH-160(a): Advanced general chemistry
Cet enseignement vise l'acquisition des notions essentielles relatives à la structure de la matière, aux équilibres et à la réactivité chimiques. Le cours et les exercices fournissent la méthodologie
CH-160(b): General chemistry
Cet enseignement vise l'acquisition des notions essentielles relatives à la structure de la matière, aux équilibres et à la réactivité chimiques. Le cours et les exercices fournissent la méthodologie
PHYS-443: Physics of nuclear reactors
In this course, one acquires an understanding of the basic neutronics interactions occurring in a nuclear fission reactor as well as the conditions for establishing and controlling a nuclear chain rea
Afficher plus
Séances de cours associées (113)
Spectroscopie moléculaire: Modes vibratoires
Explore les spectres moléculaires, les modes vibrationnels, les solutions d'équations de Schrödinger et la distribution isotopique en spectrométrie de masse.
Origine des Nuclides
Déplacez-vous dans l'origine des éléments chimiques dans l'univers par l'astrophysique nucléaire, explorant des processus comme la nucléosynthèse Big Bang et l'évolution stellaire.
Exercices de radiochimie
Couvre des exercices sur la radiochimie, y compris les calculs de perte de masse et les processus de désintégration de divers isotopes, avec des applications pratiques dans les traitements médicaux.
Afficher plus
MOOCs associés (8)
Plasma Physics and Applications [retired]
The first MOOC to teach the basics of plasma physics and its main applications: fusion energy, astrophysical and space plasmas, societal and industrial applications
Plasma Physics: Introduction
Learn the basics of plasma, one of the fundamental states of matter, and the different types of models used to describe it, including fluid and kinetic.
Plasma Physics: Introduction
Learn the basics of plasma, one of the fundamental states of matter, and the different types of models used to describe it, including fluid and kinetic.
Afficher plus